Laurent Guyot, la bonne idée du Cercle de Bruges ?

laurent-guyot-quotune-relation-de-confiance-avec-les-dirigeantsquot

L’ancien Nantais a quitté son poste de coach d’équipe réserve au Canada pour prendre les rênes du club belge.

A 48 ans, Laurent Guyot vient de trouver un nouveau challenge. L’ancien défenseur central qui occupait depuis 2015 des fonctions au sein du FC Toronto, comme directeur du centre de formation puis coach de la réserve s’est engagé avec le Cercle de Bruges, promu en Jupiler League.

C’est un homme expérimenté aux idées claires qui va se poser sur le banc des Groen-Zwart. Formé à l’école nantaise, avec qui il sera champion de France en 1995, c’est logiquement qu’il prendra les rênes du centre de formation des Canaris, une fois sa carrière terminée. Si le fameux jeu à la nantaise est son quotidien pendant une dizaine d’années, l’homme n’est pas un entêté. Comme il l’a dit à son arrivée sur le banc de Boulogne-sur-Mer : « faire du Nantes, c’est éventuellement à Nantes que c’était possible. On ne peut pas faire du Nantes à Boulogne. Et d’ailleurs, ce n’est pas forcément souhaitable. Car ici aussi il y a une culture propre chez certains joueurs. C’est donc à moi de m’y adapter. » La copie est impossible, les idées et les concepts sont adaptables. Et lorsqu’on a côtoyé des Suaudeau ou Denoueix, il est difficile de passer à côté d’une certaine idée du football.

Si son aventure dans le Pas-de-Calais tourne court, le major de la promotion 2008 au DEPF séduit la fédération après deux saisons en L2 à Sedan.

Pendant deux saisons, il prend en charge les U16 et les U17. Lors de son mandat met en avant la patience, son envie d’accompagner des jeunes qui ont besoin de repères, sans pour autant, occulter le résultat. Le résultat avec la manière, une certaine idée du football… chère à son formateur, Coco Suaudeau.

Formateur dans l’âme, homme de caractère

C’est ce qu’il essayera de faire ensuite de l’autre côté de l’Atlantique où il essayera de faire grandir le football canadien en imposant sa « canari’s touch ».

Formateur dans l’âme, Guyot est aussi un homme de caractère, qui n’a pas hésité, alors qu’il était tout jeune, à demander à Coco Suaudeau ce qu’il comptait faire de lui et de ses coéquipiers.

Il s’est également élevé contre Waldemar Kita, son président, concernant la direction à donner au centre de formation, ce qui précipita son départ. Avec les Bleus, il prend les devants en quittant son poste de sélectionneur car on ne lui offre pas les trois ans de contrat qu’il souhaitait.

Au Cercle de Bruges, il va découvrir l’élite dans un championnat, avec un effectif certainement très jeune. Son expérience de formateur lui sera d’une grande utilité. Le club satellite de l’AS Monaco devrait, encore cette saison, accueillir des jeunes du club du Rocher pour leur permettre de gagner en expérience. Cette mission semble donc taillée sur mesure pour lui.

Jérôme Olivari

Les commentaires