Upamecano, Konaté, Augustin : quelle saison pour les Français de Leipzig ?

upakonatéjka

La belle aventure continue pour le RB Leipzig. Après avoir disputé la première campagne de Ligue des Champions de son histoire, le club allemand s’apprête à jouer un quart de finale de Ligue Europa face à l’Olympique de Marseille. Dans les rangs du dauphin du Bayern la saison dernière, trois joueurs Français. Présentation.

Ils sont jeunes, talentueux, et commencent à se faire un nom. Dayot Upamecano, Ibrahima Konaté et Jean-Kévin Augustin « ont percé », comme s’amusent à dire les jeunes aujourd’hui. Encore méconnus ou barrés dans leur ancien club il y a quelques temps, ces trois gamins ont peu à peu franchi un pallier. Rejoindre le RB Leipzig était un pari osé, mais désormais en passe d’être réussi pour chacun d’eux. Avant le quart de finale de Ligue Europa face à Marseille, tour d’horizon de la saison des trois Français.

Dayot Upamecano, le roc devenu incontournable

« Un enchaînement nom-prénom digne d’un héros Marvel, des cuisses aussi larges que deux gros menhirs, une puissance à faire pâlir le premier surfeur d’argent venu. Dayot Upamecano, c’est un peu La Chose des 4 Fantastiques. En un peu plus présentable. A dux-neuf ans seulement, le jeune défenseur s’est imposé comme un maillon essentiel de la défense du RB Leipzig ». Voilà ce que nous écrivions sur l’ancien Valenciennois en décembre dernier. Quatre mois plus tard, rien n’a bougé d’un iota. Titularisé trente-deux fois toutes compétitions confondues cette saison, Upamecano s’est affirmé comme le véritable patron de la défense de Leipzig.

Les grands clubs européens s’arrachent déjà celui qui devrait être l’un des acteurs majeurs du prochain mercato estival. Tout récemment, le quotidien catalan Sport a estimé sa valeur à 100 millions d’euros et en a fait une cible potentielle du FC Barcelone cet été. En attendant, « Upa » assure. « Il a de l’avenir. C’est un gars génial, un bijou que nous avons dans nos rangs. Nous le construisons progressivement », disait de lui son entraîneur Ralph Hasenhüttl dans les colonnes du Kicker il y a quelques mois. Impressionnant physiquement, l’international Espoirs a tout d’un grand et le démontre cette saison.

Ibrahima Konaté, l’apprentissage au haut niveau

Difficile de débarquer en Allemagne lors qu’on a dix-huit ans et qu’on vient de Sochaux. C’est pourtant ce qu’a vécu Ibrahima Konaté l’été dernier. Après seulement douze matchs de Ligue 2, le défenseur s’est envolé pour Leipzig en juillet 2017. Arrivé sur la pointe des pieds, il a d’abord dû s’acclimater, prendre le pouls d’une culture et d’un football qu’il ne connaissait pas.

Le natif de Paris a ainsi dû attendre octobre pour connaître sa première apparition en tant que titulaire en Bundesliga face à Cologne. Depuis, il n’a pas toujours joué mais a vu son temps de jeu augmenter petit à petit. Aujourd’hui, l’international U19 compte douze apparitions en championnat dont dix titularisations, et deux en Ligue Europa. Une gestion progressive qui porte ses fruits : Konaté vient de débuter trois matchs consécutifs en Bundesliga, dont notamment la victoire face au Bayern avant la trêve internationale. Face à l’OM, il devrait à nouveau être aligné aux côtés de son compère Upamecano. Pour former une charnière centrale aussi jeune que talentueuse.

Jean-Kévin Augustin, enfin sous son grand jour ?

L’exil pour réussir. Quitter son club de cœur, où on a été formé, pour partir en Allemagne n’était pas chose aisée. Ce risque, Jean-Kévin Augustin l’a pris l’été dernier. Barré au Paris-Saint-Germain, où il n’a été titulaire qu’une fois en Ligue 1 la saison passée, l’attaquant a préféré s’en aller chercher ailleurs le temps de jeu après lequel il courrait en vain dans le club de la capitale. Neuf mois plus tard, le pari est réussi.

En trente-et-une apparitions toutes compétitions confondues, dont dix-sept titularisations, l’international Espoirs a inscrit huit buts. En concurrence avec des attaquants talentueux comme Timo Werner, Yussuf Poulsen ou Bruma, le Titi Parisien a su tirer son épingle du jeu et gagner la confiance de son coach. Tout n’a pas été simple pour l’avant-centre, chahuté en décembre dernier par Ralf Rangnick, le directeur sportif de Leipzig, dans les colonnes du Bild. « C’est un joueur qui a un énorme potentiel, mais qui ne comprend toujours pas. Je m’attends à une nette progression dans la seconde moitié de saison. Je lui ai dit clairement », avait lâché le dirigeant allemand. Apparemment, le message a bien été entendu.

Mathieu Lauricella

Les commentaires